Golf, lecture et contes d’horreur !

Il y avait un bon moment déjà que je n’avais pas écrit de texte, c’est que je profite bien de l’été et de la belle température qu’elle nous a apportée. J’ai d’ailleurs beaucoup trop jouer au golf, j’ai passé un temps fou sur les verts. Et d’ailleurs, ma très sympathique chiropraticienne croyait avoir une chance de me battre et à goûté à ma médecine hehe (sans rancune Isa !)

Récemment, l’un de mes amis m’a suggéré d’aller voir un petit spectacle de conte qu’il organise, dans les ruines d’un vieux manoir seigneurial de la Mauricie (Québec, Canada). Il s’agit du Domaine Sainte-Anne, localisé dans la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pérade. J’y suis allé et je dois avouer que l’histoire du site est particulièrement intéressante. C’est certain qu’un domaine seigneurial de 350 ans n’a rien de bien impressionnant pour les européens, mais pour une région du Québec, disons que c’est très vieux. Ce qui a de vraiment fou, c’est l’ambiance incroyable du site. Spécialement lorsque la nuit tombe, autour du feu de camp. Je crois que c’est inégalable, en tout cas, je vais tenter d’y retourner aussi souvent que je peux afin de voir tout les différents conteurs.

Voici donc le lien pour voir le site Internet officiel du spectacle de contes « Les nuits d’horreur de Sainte-Anne-de-la-Pérade » et il y a évidemment une page Facebook pour l’évènement.

Voici leur flyer qui circule présentement sur le web:

annonce-horreur

Un autre projet particulièrement intéressant est un nouveau blog de critique de littérature horreur et fantastique, nommé « Horreur Littéraire« . Ce nouveau blogue présente des anciens et des nouveaux livres, de plusieurs genres différents mais, comme vous l’aurez compris, traite principalement des ouvrages d’horreur et d’épouvante.

Je trouve ce blogue particulièrement intéressant parce qu’il y a une page spécifique pour présenté les romans horreur et fantastique du Québec. Bien que les blogues littéraires soient assez populaires, ceux présentant des oeuvres québécoises sont un peu plus rares. Bien sûr il n’y a pas que cela, il présente aussi des catégories variées telles que sur le fantastique, la science-fiction, les polars et romans policiers ainsi que les bandes dessinées (j’affectionne particulièrement le 9e art, je viens d’ailleurs de me commander une bande dessinée de N., une nouvelle écrite par Stephen King).

Donc, si vous passez par là ou si vous êtes un amateur de roman d’horreur, je vous recommande vivement de vous arrêter et d’y jeter un petit coup d’oeil.

Toujours dans le domaine d’horreur et de fantastique, moi et deux amis préparons un projet bien particulier sur l’horreur au Québec. Je suis très excité par tout cela, mais je ne peux pas en parler maintenant, il est encore beaucoup trop tôt. Mais bientôt j’espère !

Bonne semaine à tout le monde !

 

Mon voyage dans le Grand Nord

Bonjour tout le monde !

Certains d’entre vous ont peut-être remarqué que mon blogue avait été plutôt tranquille ce mois-ci. Rassurez-vous, le petit blogueur que je suis ne vous a pas oublié, j’ai seulement été envoyé en voyage pour mon travail et l’accès à un ordinateur était plutôt compliqué (et onéreux). En effet, je suis un inspecteur en métallurgie, mon devoir est donc d’aller tester les soudures en tout genre (tel que des plateformes faites sur mesure pour garantir la sécurité des gens qui les utilisent). Dans ce cas-ci, mon travail m’a amené à visiter la mine Raglan, dans le Grand Nord du Québec. La mine Raglan est une mine de nickel située à Katinniq, près de Salluit. C’est normal que ces noms de villes (ou villages ?) ne vous disent rien… et je suis incapable de les prononcer correctement.

raglan

Oui, il y avait déjà de la neige, oui il faisait très froid. Mais quelle belle expérience. Même si je ne voudrais pas habiter cet endroit, il faut dire que c’est enrichissant d’aller y faire un tour, particulièrement quand nous n’avons jamais dû le véritable Grand Nord. Aucune nouvelle du Père Noel cependant, ce qui n’est pas étonnant puisqu’il était à Trois-Rivières durant cette période.

J’ai aussi eu la chance de voir l’une des plus grandes éoliennes du monde, celle qui a été surnommée « l’éolienne de tout les défis ». Quel spectacle étonnant. En effet, les vents sont très, mais vraiment très forts dans cette région du globe. Votre chapeau est mieux d’être bien attaché croyez-moi. Les habitués de l’endroit me disaient même que le vent était ordinaire et la température plutôt chaude au moment de mon passage… Je préfèrerais ne pas y aller durant le mois de février.

raglan-eolienne

Une superbe expérience que j’ai su bien appréciée même si, avouons-le, les soirées sont plutôt longues dans ce genre de contexte: les loisirs sont rares. Je suis désolé pour les commentaires auxquels je n’ai pas répondu et à mon absence. J’irais visiter les blogues de mes amis dans peu de temps, c’est promis. Bonne semaine !

De bonnes histoires pour le mois d’octobre !

Ahhhh octobre ! Les feuilles qui jaunissent et commencent à tomber, l’odeur de l’air frais qui a un petit quelque chose de stérile et d’unique. Le temps frais qui nous permet de profiter de l’extérieur sans avoir trop chaud alors et cet étrange silence qui commence tranquillement à remplacer l’agitement estival. J’adore l’automne pour ces couleurs, les récoltes et sa tranquillité. Au Québec, ont peut voir les oiseaux migrer en grands nombres, faisant de majestueux « V » dans le ciel, eux qui quittent pour le sud et que nous reverrons au printemps prochain.

Mais ce que je préfère particulièrement de ce mois-ci est la fête d’Halloween. Je sais qu’en Europe cela n’est pas réellement populaire, mais ici c’est la fête. Cela commence évidemment dans les magasins, mais les gens y prennent rapidement goût et des quartiers complets prennent l’apparence d’étranges cimetières urbains. Les enfants sont très excités, ce n’est pas tout les jours qu’ils peuvent devenir de réels petits monstres, faire du porte-à-porte et recevoir une contribution de bonbons pour leurs monstrueuses apparences. De plus, les parents peuvent aussi profiter des nombreux bals costumés et soirées à thématiques d’horreur. Les films d’épouvantes reviennent à la mode, eux que l’ont avait délaissé tout l’été. D’ailleurs, c’est principalement de cela que je souhaitais parler aujourd’hui. J’ai deux amis, deux David d’ailleurs, qui entretiennent d’excellents sites web pour les amateurs d’épouvante.

pasteque

Le premier est Grimmovie, le site Internet de David Fourel. Ce dernier est devenu, au fil des ans, un véritable spécialiste des films d’épouvante. Grimmovie un site de critique de films d’horreur qui présente, de façon originale, une grande sélection de films récents ou plus anciens. Il est online depuis 2012 et est toujours très distrayant à visiter pour les amateurs de films d’épouvante. Il est mis à jour régulièrement.

Le deuxième est Dark Stories, le site Internet de David Magny. Ce dernier est un québécois spécialiste des contes, légendes urbaines et des croyances collectives. Son site est un recueil d’histoires macabres et insolites que j’aime particulièrement. Le site est en ligne depuis 2005 et est devenu un « must » déjà bien connu des amateurs d’histoires étranges et de vérités grossières. Pour s’approcher davantage de la thématique d’Halloween, je vous invite à lire la section sur les légendes urbaines ainsi que celle nommée Creepypasta et histoires de peur. Vous y trouverez de belles histoires à raconter autour du feu. Pour les plus aventureux, ce site présente aussi une page sur les histoires de fantômes. Cette page est, je crois, la plus complète disponibles sur l’Internet francophone actuellement.

Sur ce, je vous souhaite quelques bonnes frousses pour octobre (et pourquoi pas novembre d’ailleurs, juste pour faire durer le plaisir). Je sais que les Européens n’aiment pas beaucoup l’Halloween et toute « l’américanisation » de cette fête, mais quand on se prête au jeu on n’y trouve que du plaisir… et ce, particulièrement avec les enfants. Mais j’aimerais bien connaître vos opinions sur cette fête alors n’hésitez pas à me laisser vos commentaires!

Bonne lecture !

Et finalement… j’ai cessé de vapoter !

Il y a quelques mois, j’avais écrit un petit texte sur le vapotage et le plaisir que j’ai eu de découvrir la cigarette électronique. Je crois que c’est une bonne idée de faire un petit retour là-dessus puisque, de mon côté, j’ai complètement cessé de vapoter depuis plusieurs mois déjà.

vapotage

Bref, j’ai cessé de fumer deux jours après avoir découvert la cigarette électronique et le vapotage. J’ai ensuite vapoter pendant 3 ou 4 mois en baissant graduellement le dosage de nicotine que contenait mes e-liquides. J’ai définitivement arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique. Ces liquides sont en fait des e-liquides de cigarette électronique, qui sont l’ingrédient consumé qui contient la nicotine et qui est aspiré dans les poumons. Bref, en diminuant tranquillement le dosage, on se défait tranquillement de la dépendance provoquée par la nicotine.

Curieusement, j’ai fait une petite pause chez Vapo Délice, cette boutique de cigarette électronique où j’ai découvert le vapotage. La boutique à bien changée. Alors que le commerce était tout petit lors de ma première visite, il est maintenant de toute beauté. Le propriétaire a de toute évidence réussi son pari. En plus de sa petite boutique originale située au Cap-de-la-Madeleine, il a ouvert une nouvelle boutique à Shawinigan et à Trois-Rivières. De toute évidence, malgré la mauvaise publicité faite par certains médias, les boutiques de cigarettes électroniques ont le vent dans les voiles.

Car oui, il y a mauvaise publicité. De toute évidence, le lobby des cigarettiers fait mauvaise presse au e-cig et tente de les démoniser. Certaines études complètement absurdes  prétendent même qu’elle est pire que la cigarette, considérant que les vapoteurs risquent de fumer leurs coils (le brûleur qui est dans la cigarette), en fumant sans ajouter de liquide. Afin de faire une petite comparaison stupide, ce serait tout comme dire que les fumeurs qui fument le filtre de leur cigarette risquent d’avoir un cancer (vous avez bien lu, le « filtre »). Les lois ont aussi farouchement affecté les cigarettes électroniques, qui sont maintenant interdites dans plusieurs lieux public et banni du travail, comme les cigarettes traditionnelles.

Pour plus d’information, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur l’excellent site de l’Association Indépendante des Utilisateurs de la Cigarette électronique (AIDUCE).

Le temps des foins !

La joie de la moisson

La joie de la moisson

Ah le temps de la moisson ! Ma moisson à moi est beaucoup plus humble que celles d’agriculteurs chevronnés, mais c’est tellement plaisant de récolter ce que l’on a semé. Parce que je n’ai pas écrit de l’été, mon dernier billet traitait justement du plaisir de prendre le temps de jardiner. J’ai eu beaucoup de temps libre cet été alors j’ai beaucoup jardiné et profité des quelques moments de bons temps. Mon potager comptait de nombreux plants de tomates, concombre, jalapeño, choux, pois, etc.

Ma copine qui lave des tomates italiennes

Le lavage des tomates

Comme chaque année, le plus amusant est le temps de la récolte ! Mais le petit citadin que je suis réalise soudain qu’il faut tout canner pendant que c’est beau et que ça sent bon! Moi et ma copine nous transformons alors en super cuisiniers afin que conserver tout cela avant que ça pourrisse. Plus ou moins 35 kilos de tomates à blanchir et cuire afin de profiter de notre récolte pendant les mois à venir. Évidemment, même si nous connaissons très bien comment faire du cannage domestique et ses règles de stérilisation à l’eau bouillante, il reste toujours que cela représente beaucoup de travail. Spécialement dans notre petite cuisine qui n’est pas nécessairement bien équipé pour traiter une si grande quantité de nourriture. Dans ma vie de tous les jours, lorsque nous cuisinons une recette il nous arrive de nous piler sur les pieds… imaginez lorsque nous en cuisinons 3-4 dans la même journée! Cela reste quand même toujours très plaisant.

Y'a d'la joie !

Y’a d’la joie !

Même si un jardin n’est pas toujours aussi rentable qu’on souhaiterait le croire, c’est toujours un réel plaisir que de déguster les légumes du jardin!

Pour en finir avec les pseudosciences…

Bonjour tout le monde,

Je vais l’avouer d’entrée de jeu, je me suis un peu planté avec cette histoire de pseudoscience. Non seulement ce n’est pas si intéressant pour les lecteurs, c’est un peu barbant pour moi également.

J’ai quand même contacté un ostéopathe de Trois-Rivières, un type très professionnel et bien sympathique qui m’a expliqué de long en large pourquoi l’ostéopathie n’a rien d’une pseudoscience. Je n’ai pas pris de note malheureusement, mais j’aurais peut-être dû parce que c’était très intéressant… En bref, il a étudié pendant près d’une dizaine d’années, passant de l’Université à des cliniques où il a pu se spécialiser et… définitivement, ce n’est pas une pseudoscience, j’étais « dans le champ » comme on dit au Québec (en référence à une sortie de route en voiture).

Mais bon, en admettant que l’ostéopathie ne soit pas une pseudoscience, j’ai décidé de contacter une acupunctrice de Trois-Rivières. À son tour, cette très sympathique professionnelle de la santé m’a expliqué les différentes variantes entre l’acupuncture dite « traditionnelle », qui est un peu plus basée sur des croyances presque occultes, et l’acupuncture moderne qui est pratiquée en clinique. Elle m’a presque convaincu d’aller y retourner dans un but de détente, mais je n’ai pas mal nulle part alors je vais passer mon tour.

En bref, je m’en tiendrais à ceci au sujet de ma série d’articles sur les pseudosciences, je vais laisser l’ostéopathie et l’acupuncture tranquille, sans oublier de remercier ces deux professionnels de m’avoir accordé un peu de leur temps.

Sur ce, je vais probablement radicalement changer de sujet lors de mes prochaines publications !

Bonne année tout le monde ! Je vous souhaite bonheur, santé et $$$

Rencontre avec une homéopathe

Au cours de l’année 2012, j’ai rencontré une jeune femme lors d’un souper chez des amis. Durant notre discussion, nous parlons de nos métiers respectifs lorsque j’apprends qu’elle est homéopathe et qu’elle travaille dans un magasin de produits naturels. Lors de notre discussion, je mets sur la table que moi et ma conjointe essayons d’avoir un enfant depuis quelques semaines (la décision était toute nouvelle) ce qui ne manque pas d’attirer son attention et de me donner quelques conseils. Elle me parle de l’huile de saumon, une recette miracle pour amélioré la fertilité et qui aiderait, semble-t’il, à améliorer les chances d’avoir un garçon. Elle me parle également de l’huile de pépin de pamplemousse, qu’elle décrit comme étant un antibiotique tout simplement extraordinaire. Elle m’explique brièvement qu’il existe un produit naturel équivalent à chaque produit pharmaceutique et que les gens négligent beaucoup trop cette option. À la fin de la soirée, je promets d’aller faire un tour à sa boutique, pour jeter un coup d’oeil.

Bien que je ne m’en méfiais pas vraiment à l’époque, je venais de me faire introduire à la merveilleuse fable qu’est l’homéopathie. Fable ? Sans doute en grande partie. L’homéopathie est une pseudoscience dont l’efficacité est bien difficile à définir. À travers ce texte, j’essayerai de ne pas prendre parti pour les pros ni pour les antihoméopathies, mais il est important de clarifier une chose. La plupart des pros-homéopathies sont des gens qui aiment la nature, leur environnement et les choses naturels. Ils sont généralement des gens bien informés qui ont acheté des bouquins et fouillé sur Internet. Quant à eux, la plupart des antihoméopathies sont des médecins ou des scientifiques. Cependant, il faut l’avouer, plusieurs médecins recommandent de ces produits naturels et il serait malhonnête d’ignorer le succès qui ont été rapporté par un grand nombre de personnes.

Je me rends donc dans cette petite boutique très zen où les produits naturels sont rois. Il y a en pour tous les goûts, mais surtout pour tous les maux. Un peu gêné de n’être intéressé par rien, j’achète donc cette fameuse huile de saumon qui, au bout du compte, me coûte assez cher. Rendu chez moi, je fais une petite recherche Internet et me rend vite compte qu’aucune source le moindrement scientifique ne supporte l’idée que l’huile de saumon aide à la fertilité (encore moins d’avoir un garçon) et qu’aucun site autre que les pages traitant d’homéopathie ne parle sérieusement des propriétés des extraits de pépin de pamplemousse. Actuellement, cela est un peu comme une jolie fable, qui ne semble supporter par aucun site d’information sérieux.

En fait, en cherchant un peu on réalise assez vite que l’homéopathie n’est pas reconnue par la communauté scientifique, principalement à cause du très grand manque de transparence des compagnies qui produisent les produits et du manque alarmant de tests et d’expériences visant à valider l’efficacité des produits. Bref, si votre grand-mère dit que ça marche, c’est que ça marche. Des preuves ? Nous avons le produit, achetez le c’est tout.

Si vous souhaitez utiliser des produits naturels, soyez bien certain que cela vous convient et ne cherchez pas à remplacer une médication par un tel produit sans avoir eu la recommandation d’un vrai médecin, et non une naturopathe.

http://tva.canoe.ca/cgi-bin/player/player_preroll.pl?titre=Reportage%20J.E.&emission=je&video=3845799076001&reseau=TVA&sectionlevel=&sectionvaleur=&player=43787007001&publisher=43787007001&width=480&height=306