Rencontre avec un hypnothérapeute

C’était quelque part en 2005, un ami me confie qu’il a complètement cessé de fumer la cigarette grâce à l’intervention d’un hypnothérapeute.

« Un quoi ? »

« Un hypnotiseur ! Le gars m’a hyponitisé et ensuite j’ai cessé de fumer ! »

Ça ne sonnait pas trop logique à mes oreilles… Mais bon. Depuis un moment je voulais cesser le tabagisme, mais à chaque fois j’échouais. Il faut avouer que j’aime profiter des bonnes choses de la vie et qu’après un repas bien arrosé, la cigarette était incontournable. Pour environ 50$ de l’heure, je pris donc rendez-vous avec cet hypnotiseur.

Spectacle-hypnotiseur

Avant de poursuivre, il vous faut comprendre une chose. Hypnotisme est une pseudoscience, mais cela n’a rien de paranormal ou d’étrange. Il est prouvé que notre subconscient est facilement manipulable et que l’hypnotisme utilise l’autosuggestion, qui consiste à enfoncer une idée bien profondément dans l’esprit du patient. Ça existe, c’est explicable. Certains sont capables de le faire… donc, tout dépend des qualifications de l’hypnotiseur.

Je me rendis donc chez cet homme, un amérindien à l’air un peu louche. Un peu bizarre certes, mais fort sympathique. Il m’expliqua de long en large ce qu’il allait me faire et, contrairement aux croyances populaires, il ne pouvait me forcer à faire quelque chose que je ne souhaitais pas. Je m’installa donc sur sa chaise-divan-lit et commença à l’écouter parler. Tout comme dans les films, il me parla de mes pieds, mes jambes et mes bras qui devint lourds. Je me concentra sur sa voix et rapidement, je tomba dans un sommeil profond.

À mon réveil, j’étais seul dans la pièce et un peu désorienté. Je me leva et vis l’homme assis à son bureau dans la pièce voisine. Me rappelant de rien et ne comprenant pas trop ce qui venait de se passer, je lui demandai:

« Cela s’est bien passé ? Je vais cesser de fumer ? »

« Non pas vraiment, répondit-il, tu t’es endormi »

« Ah… ok… je… hummm… »

« Ce n’est pas grave, tu avais sans doute besoin de sommeil. C’est correct. Il faut être bien reposé avant une telle séance. Je t’ai préparé une cassette que tu devras écouter en te couchant. Cela aidera ta concentration. Reviens la semaine prochaine pour une autre séance. »

Sur ce, le type me remit une cassette audio. Une authentique cassette audio. Je quitta donc son bureau en me demandant comment diable j’allais parvenir à écouter ce vestige technologique, moi qui avais uniquement un lecteur CD. Finalement, je parvins à emprunter une énorme radio-cassette à un ami et je joua le jeu, espérant que mon investissement allait me mener quelque part. En bref, elle contenait les mêmes platitudes que j’avais entendues avant de m’endormir durant la séance, il faut dire que c’était vraiment relaxant.

La seconde séance c’est beaucoup mieux déroulée. Croyez-le ou non, il parvint vraiment à m’hypnotiser. C’est presque un agréable sentiment, le réveil est un peu bizarre, on se sent vulnérable. En bref, il m’avait convaincu que la cigarette était dégoutante. Le soir même, lorsque je tenta d’en allumer une, l’odeur me leva le coeur. J’avais des hauts de coeur du moment que j’en entendais parler, que j’en voyais ou sentait une. C’était complètement absurde, mais bien réel.
Cependant, je suis un imbécile. Quelques mois plus tard lors d’une fête bien arrosée, on me proposa une cigarette que je me forçai à fumer. Avec l’ivresse de l’alcool, je parvins à en fumer quelques-unes… et c’était reparti. C’était comme retrouver une vieille amie que j’avais reniée, une amie que j’avais laissé tomber.

J’ai réussi plusieurs années plus tard (tout récemment en fait) à cesser de fumer grâce à la cigarette électronique. Cette fois-ci c’est pour de bon, je suis profondément motivé. Mais je dois rendre à césar ce qui revient à César, cet homme avait agi en véritable professionnel et m’avais offert une occasion que je n’ai pas su saisir.

L’hypnose fonctionne. Si vous rencontrez un hypnothérapeute qualifié, il pourra vous rendre de grands services.

Publicités

Science ou pseudoscience ?

Le phénomène des pseudosciences est probablement aussi vieux que nos civilisations. Certaines personnes prétendent connaître des moyens quasi miraculeux pour soigner des douleurs ou maladies moyennant quelques dollars. Le sujet n’est pas nouveau et, avec l’essor de l’Internet, le sujet est encore plus d’actualité qu’auparavant. Des charlatans il y en a toujours eu… mais évidemment il ne faut pas tous mettre les pseudosoignants et tous les pratiquants de médecine alternative dans le même panier.

charlatan

Pour ceux qui ne savent pas ce que sont les pseudosciences, je dirais en bref que ce sont souvent des techniques de guérison « naturelles » qui ne sont pas reconnus par la médecine. Du moins, pas totalement. Dans la plupart des cas, ces disciplines ne sont pas enseignées dans les écoles, mais plutôt par un individu louche qui s’improvise professeur dans son sous-sol de maison. Quelques fois, des certificats sont disponibles sur Internet pour aussi peu que 50$. J’exagère à peine. Il faut admettre que depuis la percée d’Internet à la fin des années 90, la création d’association est devenue beaucoup plus facile et les « formations » sont donc devenues plus officielles. Ces disciplines sont souvent réputées pour avoir la faculté de guérir une très grande quantité de maux… presque tous en fait.

Pour votre amusement personnel, je vais relater sur ce blogue quatre expériences que j’ai vécues au cours des années qui sont relatives aux pseudosciences. Étonnement, la plupart ont été assez positives, ce qui me rapporte obligatoirement à la théorie du placebo : Lorsque l’ont croit avoir été guéri, le mal s’en va.

Je publierais donc, au cours des prochains jours (ou semaines, je ne sais pas… il y a pas de pression on reste zen par ici) mes expériences bien réelles face à divers professionnels de la santé que j’ai réellement consultés au cours des dernières années:

(Je vais mettre à jour les liens au fur et à mesure que j’écris les textes)

Je sais que vous allez vous dire « merde, ce type doit être atteint d’une maladie grave pour avoir consulté tous ces gens »… eh bien non. J’étais militaire et tout était couvert par l’assurance. Au Québec rencontrer un médecin est aussi facile que de pêcher avec un ballon de foot. C’est pourquoi à une époque j’expérimentais un peu n’importe quoi… et je dois admettre que je suis quelqu’un de curieux de nature.

Ne ratez surtout pas ces quelques textes, certains risquent d’être assez marrants…