Les édulcorants – Des poisons banalisés ?

Durant les années 90 et au début des années 2000, le sucre est devenu l’ennemi des nutritionnistes. Non sans raison: le sucre raffiné n’est pas sans danger, contrairement aux sucres naturels, il est dépourvu de ses forces vitales, de ses vitamines et de ses minéraux. Une fois c’est éléments retirés, le sucre à meilleur goût, se fond mieux dans les recettes et dans le café… Cependant, il devient nocif pour la santé. Un solution a rapidement été mise de l’avant… les édulcorants.

edulcorant

Rapidement adopté par les grandes compagnies qui proposent des produits « sans sucre », l’aspartame et la saccharine sont devenus communs dans une grande variété de produits et c’est rapidement retrouvé dans votre garde mangé. La saccharine est un édulcorant artificiel très répandu dans les boissons et les confiseries. Longtemps soupçonnée de provoquer des cancers, c’est finalement en 2010 que le gouvernement américain l’a retiré de sa liste des produits dangereux. Il n’est donc pas dangereux mais il est démontré que d’en consommer ne supprime pas l’envie de sucre, au contraire, le consommateur reste sur sa faim. Parce que votre cerveau connait très bien la différence entre du sucre et un édulcorant… vous ne pourrez pas duper votre corps aussi facilement. Le signal reconnu pour jouer un rôle dans la régulation de la dopamine devient effectif seulement lorsque du véritable sucre est absorbé. D’ailleurs, un test mené sur des souris a clairement démontré qu’elles boudaient l’aspartame et étaient prêtent à travailler très fort pour avoir accès à du sucre, même si l’édulcorant était à porté et semblait beaucoup plus sucré.

Donc, l’aspartame et la saccharine ne remplace pas le sucre… mais sont-ils néfastes pour la santé ?

Selon Santé Canada et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)… Non. Pourtant, la EFSA avait publié en 2013 un rapport complet mettant en garde contre la consommation d’aspartame, mais elle est revenue sur sa position. Elle a conclue que l’aspartame et ses produits de dégradation sont sûrs pour la consommation humaine aux niveaux actuels d’exposition (sic). Nous pourrions supposer que les entreprises qui utilisent cet édulcorant ont le bras long, puisque malgré les craintes et scepticismes de la part des nutritionnistes, ils sont toujours parvenus à le conserver sur le marché. Toutes les études financées par l’industrie alimentaire ont relevé que l’aspartame ne présentait aucun danger à la consommation, exception faite des personnes souffrant de phénylcétonurie, un trouble héréditaire du métabolisme ne permettant pas d’éliminer la phénylalanine de l’organisme, d’où son accumulation dans le sang des personnes souffrant de cette maladie. Par contre, 92% des études indépendantes concluent que l’aspartame peut nuire à la santé. Ces études ont été vivement contestées par les spécialistes travaillant en industrie, on rapporte que les expériences ont été faites seulement sur des animaux et non des humains, que si ces animaux développaient des cancers c’était principalement à cause de la qualité de vie en laboratoire et non de l’aspartame. Dans certains cas, les doses administrées aux animaux étaient 4 ou 5 fois plus élevées que ce que consomme un humain durant une journée ordinaire. Le mystère reste entier…

Personnellement je préfère restée loin des édulcorants et de bien gérer ma consommation de sucre. N’oubliez pas que produit marqué 0 calorie peut quand même être néfaste et engraissant s’il contient beaucoup de sucre.

Un moindre mal qui fait du bien !

J’ai commencé à fumer quand j’avais environ quatorze ans. De premières « puffs » ici et là, avec des amis. Nous achetions des cigarettes à un autre copain, qui les volaient à son père. C’était mon premier contact avec le tabagisme et j’allais passer les seize prochaines années de ma vie à investir de mes finances dans cette vilaine habitude.

Il y a quelques mois, je prenais ma petite promenade habituelle lorsque j’ai constaté qu’une nouvelle boutique venait d’ouvrir sur la rue principale de mon quartier. Il y avait déjà un achalandage monstre, ce qui m’a tout de suite intrigué. C’était l’ouverture de l’une des premières boutiques de cigarettes électroniques de Trois-Rivières.

J’y suis entré, j’ai discuté avec le propriétaire et j’ai essayé les différentes saveurs qu’il offrait. Ces fameuses babioles sont chères, mais il ne manque pas de me faire remarqué que mes cigarettes le sont également. « Ce sera repayé en une semaine ou deux » m’a-t-il dit. J’avais déjà entendu parler de ses fameuses cigarettes électroniques, mais je ne songeais même plus arrêter de fumer. Les produits contiennent de la nicotine, supposément que cela comble le manque interminable provoqué par la cigarette. D’accord… essayons cela.

Pour faire une histoire courte, je n’ai jamais refumé depuis. Ma santé semble plus forte, mon odorat est meilleur que jamais et financièrement ça n’a jamais été mieux. J’adore vapoter et j’aime bien essayé de nouvelles saveurs.

De nombreuses saveurs de e-liquides

Plusieurs saveurs de e-liquides sont disponibles.

Pourtant, maintenant je me fais quelques fois regarder bizarrement. « C’est dangereux » me disent certains… « C’est poison ». Étonnement, les gens jugent la cigarette électronique plus sévèrement que la cigarette traditionnelle. Mon patron, me voyant « vapoter » m’a même confié que sa femme s’y était mise elle aussi et que cela l’inquiétait.

Je comprends bien que la cigarette électronique ne fasse pas l’unanimité et que ce truc nouveau n’est qu’un moindre mal. L’idéal serait de décrocher totalement de la nicotine et cesser le tabagisme. Ce que je comprends moins bien cependant est que certains souhaitent que la e-cig soit pénalisée, retirée du marché ou soumise à une vente exclusive en pharmacie comme en Belgique. Dans une telle situation, l’usage de la cigarette électronique ce retrouve marginalisé, ce qui risque de la rendre beaucoup moins populaire auprès des fumeurs.

Cigarettes électroniques de marque Aspire

Des cigarettes électroniques

Pourquoi s’attaquer ce produit qui semble être un moindre mal et laisser le tabac disponible à la portée de tous ? Certains aimeraient bien interdire le tabac, mais, avouons-le, cette pensée utopiste profiterait uniquement au marché noir et aux organisations criminelles. Alors que de nombreux experts et des médecins déclarent ouvertement que la cigarette électronique pourrait sauver des vies, je trouve ça dommage de voir des non-fumeurs s’acharné sur ce nouveau produit qui peut faire décrocher des tas de gens du tabagisme. Moi, personnellement, alors que j’avais tout essayé au cours des dernières années pour quitter le tabagisme, j’ai définitivement arrêté de fumer avec la cigarette électronique. En moins de deux jours, sans sevrage, sans souffrance et sans me morfondre. C’est évident que maintenant je conseille à mes proches d’essayer la cigarette électronique.

Un moindre mal peut-être… Mais un moindre mal qui donne un nouveau souffle à ma vie !

Mon nouveau blogue !

Bonjour tout le monde,

premièrement merci de prendre quelques instants pour vous arrêtez sur ce blogue et prendre le temps de lire mes quelques articles.

Pendant toute mon adolescence, écrire fût un échappatoire. Je me défoulais, canalisant mes émotions et mon imagination à travers des pages et des pages de délire. Des histoires sans queue ni tête, des poèmes et même un journal intime. Lorsque vint le temps de la carrière et de la vie professionnelle, j’ai abandonné cette passion pour me consacré à mes obligations. Je suis devenu dépendant de ma voiture, de mon emploi et de ma réalité d’adulte. Pendant quelques années, je n’ai pas repensé à l’écriture, me contentant de hobbies simples qui me permettaient de passer du temps avec mes amies et ma famille.

Mais j’ai toujours envie d’écrire, ce sentiment ne me quitte guère. C’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de créer ce petit blogue afin de discuter avec ceux qui prendront le temps de s’y arrêter. Un petit blogue bien simple, pour prendre le temps de s’arrêter sur les petites choses simples de la vie. Ce blogue traitera généralement de simplicité volontaire, d’idées pratique, de cuisine, de médecine naturelles et autres. Rien de bien extraordinaire en soi, mais je crois que ce sont de petites choses, souvent à notre portée, qui peut rendre notre vie beaucoup plus intéressante.

Sur ce, j’espère avoir l’occasion de discuter avec plusieurs d’entre vous.

Cordialement,

Jean-François Pelletier